Fonctionnement du récupérateur d’eau de pluie

Une installation de récupération d’eau de pluie suit les 4 étapes principales suivantes:
– Collecte,
– Filtration,
– Stockage,
– et Distribution.

Collecte

L’eau de pluie tombée sur la toiture est collectée par les gouttières pour s’écouler vers les descentes de gouttière équipée d’une crapaudine.
Un séparateur de feuilles démontable est placé sur la descente pour effectuer un premier filtrage grossier inférieur à 5mm.

Filtration
Avant d’aboutir dans le récupérateur l’eau collectée est filtrée. La porosité de la filtration dont les mailles sont de 5 à 200 µm (cf. filtre panier et filtre autonettoyant). L’eau de pluie est ensuite stockée.

Stockage
L’eau de pluie subit une décantation lors de son séjour de stockage. La décantation a pour conséquence d’obtenir à une eau claire en surface et un dépôt en profondeur du récupérateur.
Afin d’éviter de perturber la décantation l’eau qui arrive dans la cuve passe par un dispositif anti-remous.
Un trop-plein est placé afin d’évacuer les eaux de pluie excédante lors de la saturation de la cuve.
Dimensionner sa cuve.

Distribution
L’eau de pluie stockée est pompée afin d’être acheminer vers les points d’usage. La pompe permet la remise en pression.

Quel usage ?

Usage pour le jardin
La pompe est placée dans la cuve (pompe immergée). Elle est équipée d’une crépine flottante permettant ainsi de pomper les eaux environ 10 cm en dessous de la surface. Le filtrage de la crépine est de 10 µm

Usage pour l’intérieur de la maison et l’extérieur
Un gestionnaire d’eau de pluie est installé à l’intérieure de la maison: Celui ci est équipé:
– d’une pompe
– d’un disconnecteur. Quand le récupérateur est vide le disjoncteur permet de faire automatiquement l’appoint avec l’eau de ville sans raccord direct entre le réseau d’eau de pluie et l’eau de ville et sans intervention de l’utilisateur
– d’une cuve tampon évitant l’arrêt et le démarrage répétitif de la pompe provocant ainsi son usure prématurée.

Un traitement est nécessaire pour assurer une certaine qualité de l’eau de pluie utilisée. il faut donc prévoir une filtration sédimentaire inférieure à 10 µ par un filtre charbon actif pour bloquer les micro polluants. Pour un traitement bactériologique, il peut être envisagé un traitement par lampe UV.

Une signalisation aux points d’usage raccordés au réseau de pluie est impérative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *