La citerne souple est une des solutions privilégiées pour la récupération de l’eau pluviale. Seulement, il est à noter que ce genre de système est régi par des réglementations et des normes d’utilisation qu’il faut prendre en compte.

Le raccordement avec le réseau d’eau potable

L’utilisation d’une citerne souple pour récupérer l’eau de pluie est très réglementée surtout lorsqu’il s’agit de l’utilisation d’un système d’eau potable. Il est donc strictement interdit de faire un raccordement avec le réseau d’eau potable. Il est possible d’alimenter votre réservoir souple avec de l’eau du circuit potable mais l’inverse n’est pas possible. Pour éviter que l’eau de pluie n’entre dans le système potable, l’utilisation d’un système de disconnexion par surverse est fortement recommandée. En plus, pour une utilisation publique, chaque système (toilette, etc) alimenté par de l’eau de pluie doit faire l’objet d’une signalisation avec un pictogramme facile à reconnaitre.

La citerne souple pour une utilisation domestique

Pour une utilisation domestique, la poche souple d’eau de pluie est soumise à quelques normes et réglementations. Il est par exemple interdit de placer des robinets distribuant de l’eau du réseau potable et de l’eau de la citerne de récupération d’eau dans un même endroit. L’exception sera quand même faite pour la cave ou les pièces annexes à la maison. De même, il faut que le réseau de distribution de l’eau de pluie puisse être verrouillé à tout moment. Le système de distribution (canalisation, etc) devra aussi se faire repéré facilement par des pictogrammes et des fiches de mise en service.

La nécessité des déclarations administratives

Pour une utilisation de système de récupération d’eau de pluie comme la citerne souple, certaines formalités administratives sont nécessaires. A cet effet, dès que le système utilise le réseau d’assainissement collectif, une autorisation et une déclaration toutes les deux obligatoires doivent être faites à la collectivité. Des possibles aides administratives (aide fiscale, etc) sont aussi soumises à ces déclarations. Il est donc conseillé de voir les autorités publiques de la région avant d’entreprendre la mise en place d’un système de récupération d’eau de pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *