Tout savoir sur une piscine biologique

1. Quel est le coût d’une piscine biologique ?

Les coûts varient beaucoup. Ils dépendent de la dimension de l’installation et des matériaux utilisés. Des bassins ou des réservoirs en béton sont plus chers que le calfatage avec une toile de plastique spécial (méthode la plus utilisée pour la construction de piscines naturelles).
On peut dire que le prix par mètre carré varie entre 50 et 100 euros dépendant de la dimension (y compris projet et exécution, excluant seulement la valeur de l’eau du premier remplissage). Il est bien évident que les piscines biologiques de dimension plus grande ont des coûts plus bas par mètre carré.

2. La qualité de l’eau de la piscine biologique est-elle toujours bonne ?

L’eau est toujours transparente et respecte toutes les normes exigées par la CEE en ce qui concerne la qualité de l’eau balnéaire.
La qualité de l’eau d’une piscine biologique dépend de la qualité de l’eau du premier remplissage. Nous ne pouvons pas utiliser toutes les eaux, p.e. contaminées par des micro-organismes dont les teneurs dépassent déjà les normes en vigueur. La composition chimique devra rester en-dessous de certaines valeurs, en particulier les éléments nutritifs pour plantes. Donc, une analyse de l’eau est obligatoire avant le début de la construction d’une piscine biologique.

3. Une piscine biologique va attirer des moustiques ?

Non. Les espèces de moustiques qui piquent cherchent d’autres sites pour mettre les oeufs. Les larves de ces moustiques ont besoin d’une eau boueuse et riche en éléments nutritifs.

4. Je peux avoir des poissons dans une piscine naturelle ?

Non. Beaucoup d’espèces de poissons ont l’habitude de chercher à manger dans la boue ou près des plantes. Dans une piscine relativement petite et avec l’objectif de maintenir une bonne qualité d’eau, les poissons ne peuvent pas faire partie du système.

5. Quel est l’entretien d’une piscine biologique ?

Dû à la teneur en calcaire de l’eau ou des plantes dans le voisinage de la piscine biologique, on peut trouver une accumulation de sédiments dans le fond de la partie de natation. On recommande le nettoyage de ce lieu bimensuellement ou mensuellement par l’utilisation d’un aspirateur pour piscines.
Normalement les plantes ne nécessitent pas d’entretien parce que les feuilles peuvent tomber dans l’eau, seront minéralisées avec le temps et feront partie de l’alimentation des nouvelles plantes.
Ne jamais utiliser quelconque produit chimique dans l’eau. Aussi, n’est-il pas possible ni nécessaire d’utiliser quelconque équipement de désinfection.

6. Les crêmes et les laits pour bronzer peuvent détruire les plantes ?

Non. Mais les flaques d’huile qui flottent sur la surface de la piscine biologique donnent un aspect très laid. Pour éviter cet effet et pour éviter l’entrée de micro-organismes néfastes dans l’eau, il est obligatoire de prendre une douche avant de rentrer dans une piscine biologique. Chaque projet de piscine naturelle aura une douche près de l’entrée pour que toutes les personnes se nettoient la peau avant de nager.

7. Devrais-je nager près des plantes et grenouilles ?

Chaque piscine biologique est une pièce unique conçue pour le client. Mais toutes ont en commun la configuration de l’espace, avec une partie pour les personnes et une pour les plantes. On ne pourra pas toujours éviter qu’une grenouille apparaisse dans le compartiment de natation, mais normalement elles vivent dans la zone des plantes où elles trouvent abri et alimentation.

8. Le système de filtration par des plantes fonctionne comme le filtre d’une piscine conventionnelle ?

Les plantes aquatiques produisent de l’oxygène comme les plantes terrestres. L’oxygène est soluble dans l’eau. La quantité d’oxygène à l’intérieur de l’eau dépend de la température de celle-ci. Au cours de l’après-midi, après quelques heures de lumière, la photosynthése a produit de l’oxygène de telle façon que la limite de mélange de l’eau et de l’oxygène sera dépassée. Cela signifie que les bulles d’oxygène commencent à sortir des plantes comme le dioxide de carbone dans un verre d’eau.
Dans un moyen aquatique plein d’oxygène, les organismes pathogènes ne savent pas se reproduire.

9. Une piscine biologique est dangereuse pour enfants ?

Chaque site en eau plus ou moins profonde est sans aucun doute un danger potentiel pour des enfants ne sachant pas nager. En comparaison avec les bassins des piscines classiques, une piscine biologique a normalement des bords moins inclinées. Il existe des filets et autres types d’interdiction pour augmenter la sécurité des petits. Mais mieux que quelconque solution technique, rien ne remplace l’accompagnement des plus jeunes par les parents.
Lors de la phase de conception d’une piscine naturelle, nous pensons toujours à tous les membres de la famille. Il est donc fondamental de fournir toutes les informations sur les futurs usagers de la piscine biologique.

10. Est-il possible de chauffer l’eau d’une piscine biologique ?

En général, il est possible d’installer un système de chauffage pour l’eau. Mais normalement, l’eau d’une piscine biologique chauffe rapidement dû au bas niveau de l’eau dans la partie des plantes. D’une manière générale la température ne devra jamais atteindre les 30°C. à partir de cette température les plantes commencent à souffrir et peuvent en mourir.

11. Comment les plantes survivent-elles en hiver ?

En climat méditerranéen, beaucoup de plantes d’une piscine biologique sont jolies tout l’année, vivaces et vertes même en hiver. Dans les terres froides où il y a de la neige en hiver, nous avons une autre situation. Un autre type de plantes avec un aspect plus marron, mais elles grandissent à nouveau au printemps. Peu d’espèces, comme les nenufares, sont capables d’hiberner en dessous de la surface de l’eau, sans aucune feuille visible.
Nous ne devons jamais remplacer les plantes, parce que les plantes retrouvent leur vivacité au printemps et créent alors de nouvelles générations.

Qu’est ce qu’une piscine naturelle ?

Les piscines naturelles sont une bonne option pour les personnes qui ne désirent pas être en contact avec des produits chimiques et toxiques. Son fonctionnement se base sur la capacité de filtration de différents types de plantes et sur les filtres gravier et sable. Ces piscines, dites aussi piscines écologiques, nous rappellent les étangs dans lesquels, enfants, nous nous baignions entourés de grenouilles et poissons. Les piscines naturelles séduisent aujourd’hui des personnes qui parient sur un mode de vie plus naturel.

En Autriche, en Allemagne et en Angleterre, la construction de ce type de piscines est très répandue. Certaines entreprises avec de nombreuses années d’expérience appliquent certains systèmes brevetés. Dans notre pays, c’est un phénomène naissant bien que tôt ou tard, elles seront mieux acceptées pour leurs grands avantages face aux piscines conventionnelles.

En ce qui concerne des piscines publiques la réglementation exige un minimum d’incorporation de chlore, incompatible avec la philosophie d’une piscine écologique.

Il y a beaucoup de systèmes de piscines naturelles. Tous se basent sur le mécanisme par lequel les plantes aquatiques accélèrent la croissance de micro-organismes bénéfiques qui éliminent les bactéries et maintiennent la piscine naturelle assez propre comme pour remplir les critères sévères de qualité de l’eau en Europe. La lumière solaire réchauffe l’eau dans la zone appelée de regénération ; et l’eau chaude est progressivement filtrée dans la zone où l’on nage, de deux mètres de profondeur. Tout le processus se base sur le principe de régénération qu’a l’eau dans un cours naturel où nous pouvons trouver des cascades d’eau et des plantes filtrantes.

Fonctionnement du récupérateur d’eau de pluie

Une installation de récupération d’eau de pluie suit les 4 étapes principales suivantes:
– Collecte,
– Filtration,
– Stockage,
– et Distribution.

Collecte

L’eau de pluie tombée sur la toiture est collectée par les gouttières pour s’écouler vers les descentes de gouttière équipée d’une crapaudine.
Un séparateur de feuilles démontable est placé sur la descente pour effectuer un premier filtrage grossier inférieur à 5mm.

Filtration
Avant d’aboutir dans le récupérateur l’eau collectée est filtrée. La porosité de la filtration dont les mailles sont de 5 à 200 µm (cf. filtre panier et filtre autonettoyant). L’eau de pluie est ensuite stockée.

Stockage
L’eau de pluie subit une décantation lors de son séjour de stockage. La décantation a pour conséquence d’obtenir à une eau claire en surface et un dépôt en profondeur du récupérateur.
Afin d’éviter de perturber la décantation l’eau qui arrive dans la cuve passe par un dispositif anti-remous.
Un trop-plein est placé afin d’évacuer les eaux de pluie excédante lors de la saturation de la cuve.
Dimensionner sa cuve.

Distribution
L’eau de pluie stockée est pompée afin d’être acheminer vers les points d’usage. La pompe permet la remise en pression.

Quel usage ?

Usage pour le jardin
La pompe est placée dans la cuve (pompe immergée). Elle est équipée d’une crépine flottante permettant ainsi de pomper les eaux environ 10 cm en dessous de la surface. Le filtrage de la crépine est de 10 µm

Usage pour l’intérieur de la maison et l’extérieur
Un gestionnaire d’eau de pluie est installé à l’intérieure de la maison: Celui ci est équipé:
– d’une pompe
– d’un disconnecteur. Quand le récupérateur est vide le disjoncteur permet de faire automatiquement l’appoint avec l’eau de ville sans raccord direct entre le réseau d’eau de pluie et l’eau de ville et sans intervention de l’utilisateur
– d’une cuve tampon évitant l’arrêt et le démarrage répétitif de la pompe provocant ainsi son usure prématurée.

Un traitement est nécessaire pour assurer une certaine qualité de l’eau de pluie utilisée. il faut donc prévoir une filtration sédimentaire inférieure à 10 µ par un filtre charbon actif pour bloquer les micro polluants. Pour un traitement bactériologique, il peut être envisagé un traitement par lampe UV.

Une signalisation aux points d’usage raccordés au réseau de pluie est impérative.

Le Crédit d’Impôt sur la récupération de l’eau de pluie

Introduction :

L’article 49 de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 a introduit un crédit d’impôt relatif au coût des équipements de récupération et de traitement des eaux pluviales payés entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2015.

Conditions d’obtention crédit d’impôt :

1 – Être propriétaire de votre logement.
2 – Travaux payés et réalisés entre le 1er janvier 2007 au 31 décembre 2015 dans le cadre d’un logement de plus achevé depuis plus de deux ans.
3 – Matériel fourni et installé par un seul et même professionnel (sont donc exclu les dispositifs achetés directement par le propriétaire du bien )
4 – Disposer d’une facture détaillée de votre installation qui atteste de sa conformité. (pas risques de contamination entre le circuit d’eau potable et le circuit d’eau de pluie.)

Montant et plafonds du crédit d’impôt :

Le crédit d’impôt s’élève à 15 % du total TTC des dépenses d’équipements (hors main d’œuvre).
Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ne peut excéder, au titre d’une période de cinq années consécutives comprises entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2015, la somme de :
– 8 000 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée,
– 16 000 € pour un couple soumis à une imposition commune (marié ou pacsé) ,

Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge (au sens des articles 196 et 196 b du code général des impôts).
Lorsqu’il s’agit d’un enfant réputé à charge égale de l’un et l’autre des parents, la somme de 400 euros et divisée par deux.

NB : Au titre d’un même année, le nombre de logements donnés en location et faisant l’objet de dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt est limité à trois par foyer fiscal.

Fonctionnement du crédit d’impôt:

Le crédit d’impôt est déduit de votre imposition.
Si le crédit d’impôt dépasse le montant de vos impôts, l’excédent vous sera remboursé.
Si vous ne payez pas d’impôt, l’Etat vous rembourse la totalité du montant.

Bon à savoir :

Certaines communes subventionnent l’installation de cuve de récupération et de rétention des eaux de pluies pour la protection des eaux souterraines. Prenez contact avec votre département et votre mairie pour de plus amples informations.

Pourquoi Récupérer l’eau de pluie ?

La Récupération d’eau de pluie compte des avantages non négligeables :

Des économies financières:
Le prix de l’eau n’est pas déterminée par sa valeur mais par le coût de son traitement et de son acheminement au robinet. Le réseau d’eau potable en France est dans un état vétuste, il ne répond pas non plus aux exigences des normes Européennes. Dans les prochaines années il devra forcément être réhabilité. En France, 50% des 560 000 km de canalisations ont été posés avant 1965 soit plus de 40 ans. Le coût de réhabilitation est de 77 euros le mètre linéaire. De plus en plus polluée, l’eau du robinet demande de plus en plus de traitement. Ces deux facteurs impliquent que l’eau du réseau sera de plus en plus onéreuse car son coût sera supporté par les collectivités et évidement répercuté chez nous, les consommateurs.
Dès aujourd’hui, son prix ne cesse d’augmenter. De 2004 à 2008, le prix moyen de l’eau a augmenté de 3,3 % par an. A ce jour, le prix moyen du m3 d’eau est de 3,39 €uros / m3.
Les économies annexes sont à prendre en compte:
L’eau de pluie n’est pas calcaire. Elle ne détériore donc pas vos canalisations, appareils ménagers et cumulus, elle vous évite l’utilisation de produit anti-calcaire ou des adoucisseurs d’eau. Les appareils entartrés demandent plus de consommation électrique pour chauffer l’eau.

Un geste citoyen:
Lors des fortes pluies ou des longues périodes pluvieuses, l’eau est stockée momentanément et éliminée plus progressivement.
Ceci permet de lutter en partie contre les inondations et de restreindre les risques de saturation des stations d’assainissement.
Une démarche écologique de protection et préservation des ressources naturelles
Grâce à l’eau de pluie vous allez moins solliciter les nappes phréatiques qui alimentent actuellement le réseau de distribution. Il existe une réelle surexploitation de certaines nappes. Lors des périodes estivales, plusieurs départements français sont régulièrement en restriction d’eau.
Les procédés de traitement pour potabiliser nécessite de l’énergie. L’eau de nos rivières et de nos nappes phréatiques étant plus en plus polluée son traitement devient de plus en plus complexe.
Une meilleure qualité:
Les 2/3 des nappes phréatiques en France sont polluées par une pollution agricole, industrielle, urbaines (les antibiotiques, …). L’eau de pluie est très peu polluée. Sa pollution est à plus de 90 % sous forme de particules et non sous forme dissoute. Cette pollution peut être stoppée par filtration ou décantation.

Une autonomie
Lors de fortes chaleurs pendant les périodes estivales ou de restriction d’eau (de plus en plus fréquentes) vous êtes autonome.

Une valeur ajoutée à votre maison
Un investissement durable qui donnera une valeur ajoutée à votre maison.
Pourquoi faire ?

Faisons un rapide point:
Le cycle de l’eau se déroule de cette façon. L’eau de pluie alimente les rivières et les nappes phréatique d’où nous la puisons, la traitons, la stockons et l’acheminons pour l’utiliser pour nos besoins d’eau non potable tels que WC, lave-linge, arrosage du jardin, remplissage de la piscine, lavage de véhicules, … ?!
Cette eau… vous la payez !
Cette eau… c’est la même qui tombe sur votre toit ! Mais elle, elle est gratuite !
L’article 641 autorise à tout propriétaire « d’user et de disposer » des eaux de pluie tombant dans son jardin.
Mais attention au normes sanitaires.

En effet, voici les utilisation que la norme autorise pour le particulier:

une utilisation à l’extérieure / jardin : arrosage du jardin, du potager, nettoyage des véhicules, remplissage des piscines

une utilisation à l’intérieur de maisons individuelles : alimentation des WC, du lave linge

Les avantages de la récupération de l’eau de pluie

Actuellement, la récupération d’eau de pluie est au centre des discussions des écologistes. Ces derniers mais aussi le grand public trouvent dans ce système un très bon moyen pour récupérer l’eau et la recycler. Quels sont alors les principaux arguments qui poussent la majorité de la population à s’orienter vers ce type de système de récupération ?

Coût plus abordable

Une citerne souple eau de pluie est beaucoup plus abordable qu’une citerne récupération d’eau classique rigide. En effet, une citerne d’eau de 500 L tourne aux environs de 300 euros. Les dimensions pour ces prix tournent autour de 1,5 m par 1,5 m. Le coût est donc raisonnable pour une citerne de bonne qualité. Il faudra cependant compter en plus du coût de la citerne, le prix du kit collecteur et de la pompe pour drainer l’eau, ce qui ferra quand même un surplus près de 500 euros pour l’ensemble.

Une hygiène irréprochable

Tout d’abord, la citerne souple est totalement étanche. Elle ne permet pas l’évaporation de l’eau. L’eau restera donc dans un milieu fermé. Ensuite, la citerne est réalisée à partir de matériaux qui ne permettent pas une contamination bactérienne et encore moins une pollution d’agent externe. La possibilité de formation d’algues ou de présence de petits insectes est donc très infime voir même impossible.

Une mise en place très facile

A vide, ce type de citerne souple n’est guère très lourd. Elle peut peser en moyenne moins de 10 kg pour des capacités de 500 L. Elle est donc très facile à manœuvrer. Une seule personne peut donc à la mettre en place. Pour l’installation, nul besoin d’avoir des connaissances en plomberie. Pour les plus septiques, il n’est pas nécessaire de demander un permis de construire. Cependant des autorisations au niveau des collectivités sont quand même nécessaires.

Un atout pour l’environnement

La préservation de l’environnement est devenue un combat de tous les jours. Les écologistes ne sont plus seules à relayer sur cette une question inhérente. La survie même de notre espèce en dépend. L’utilisation de système de récupération d’eau de pluie fait partie de ces moyens de lutte contre la dégradation de l’environnement.

Les citernes souples : le nouveau réflexe écologique

Les gestes écologiques sont de plus en plus prisés par les citoyens, conscient qu’afin de continuer à utiliser les attributs de la nature et de l’environnement, il faut les protéger. Qui dit geste écologique dit réduction de la consommation d’énergie, que cela soit en gaz, en eau ou en électricité. Concernant le secteur de l’eau en particulier, les nouvelles citernes souples restent le moyen le plus efficient pour être écolo à petit prix et pour récupérer l’eau de pluie.

Le fonctionnement de ces citernes souples

A l’achat, la poche souple est généralement fournie avec le matériel nécessaire. En effet, certaines renferment déjà des kits complets comprenant la récupération d’eau de pluie, une pompe, et même un filtre. Ces citernes souples pompent alors l’eau de pluie via une gouttière ou via un dispositif déjà en place pour ensuite la stocker et la répartir vers les tuyaux d’alimentation d’eau.

Il faut toutefois retenir que ces alimentations se doivent d’être totalement différentes de l’alimentation en eau potable de la maison. Un réservoir souple d’eau de pluie peut contenir 1 à 500 m3 d’eau selon le modèle.

Son avantage ? Son installation ne nécessite pas d’infrastructure en plus car elles peuvent être posées n’importe où à condition que l’emplacement ne contienne pas d’objet pointu. En tout cas, ces réserves souples réduiront considérablement la consommation en eau potable, la gaspillage d’eau et bien sûr la facture. Faire installer une citerne de récupération d’eau de pluie est alors économique et est également un geste citoyen écologique.

Les citernes souples pour eau de pluie du marché

Ces poches pour eau de pluie sont très répandues et peuvent être achetées dans les grandes enseignes du bricolage. Il existe toutefois des enseignes spécialisées dans la technologie écolo et les citernes du type récupérateur d’eau font partie de leur gamme de produits. Ce dispositif est très rentable et économique car une citerne ne coûte pas très cher en générale. C’est également un investissement à long terme afin de préserver l’environnement et la vie de la future génération. Alors, pourquoi ne pas se laisser tenter !

Récupérer l’eau de pluie est accessible à tous avec les citernes souples

La récupération de l’eau de pluie constitue l’un des meilleurs moyens pour profiter des ressources naturelles. En plus, c’est aussi un bon investissement pour faire des économies conséquentes. L’avantage de ces systèmes de poche réside dans le fait qu’ils sont accessibles à tout le monde et à tous les budgets.

Des poches souples pour tous les budgets

Il est important de souligner que contrairement aux citernes rigides, les cuves souples demeurent très abordables pour tout le monde d’un point de vue financier. Les distributeurs en proposent à tous les prix. En effet, certaines cuves d’entrée de gamme se vendent avec leur kit complet (pompe, filtre, etc) à des prix très raisonnables. A titre d’information, des citernes souples se négocient en ce moment à près de 230 euros TTC chez les professionnels du secteur de la récupération d’eau.

Des contenances en fonction de la demande

Chacun peut choisir son type de citerne suivant sa capacité de stockage. Les vendeurs spécialisés peuvent donc proposer des cuves de 300 litres à 50 000 litres selon la demande et les besoins du client selon l’utilisation. A noter que les cuves souples de 300 litres servent pour des besoins sporadiques, les grosses cuves quant à elles peuvent subvenir aux besoins d’une famille entière pendant une année. Il en est de même pour les dimensions extérieures de ces poches. Selon les besoins, il existe des dimensions variables. Des dimensions qui peuvent aller de 1m x 1m jusqu’à 9m x 6m.

Une mise en place facile

Nul besoin d’être un grand spécialiste pour mettre en place ce type de citerne de récupération d’eau. Par rapport aux structures rigides qui nécessitent des travaux d’excavation, ces produits n’ont besoin que de la place nécessaire pour les installer. Ils peuvent donc être positionnés quasiment n’importe où.

À vide, une seule personne arriverait sans aucune difficulté à la déplacer. Pendant l’installation, il suffit tout simplement de suivre les consignes données par le distributeur ou le constructeur de la citerne souple.